Offrez l'excellence académique à vos enfants
1-888-664-9978

Blogue

All posts in Non catégorisé

Ecole Secondaire Privée ou Publique?

Si votre enfant est en sixième année ou même en cinquième, le choix de l’école qu’il fréquentera au secondaire est sans doute au centre de vos préoccupations. Il est fort possible que vous hésitiez entre l’école publique et l’école privée. Les deux systèmes ont en effet leurs avantages et leurs inconvénients. Voyons ce qui en est pour certains des points les plus importants aux yeux des parents.

Le taux de décrochage

Ce n’est pas un mythe, les taux de décrochage sont beaucoup plus faibles au privé qu’au public, de façon générale. D’aucuns affirment que c’est parce que les écoles privées se débarrassent systématiquement des mauvais sujets. D’autres croient en revanche que le succès des écoles privées tient surtout au fait que l’encadrement y est plus serré. La vérité est peut-être un mélange des deux?

Avec le temps, de plus en plus de parents choisissent d’envoyer leur enfant au privé, pour différentes raisons. Les détracteurs de ce système s’insurgent du financement que le gouvernement du Québec fournit au système privé. Pourtant, de nombreuses études ont démontré que la cohabitation des deux systèmes était la meilleure solution. Il vous revient de prendre les décisions importantes concernant l’éducation de votre enfant. Sachez simplement que le choix de son école n’est qu’un facteur parmi tous ceux qui influenceront son avenir.

Chose évidente, la réussite scolaire d’un enfant, qu’il soit à l’école privée ou publique, dépend en grande partie de l’implication des parents. C’est peut-être là que se trouve la clé du succès… Il ne faut donc pas baisser les bras et les soutenir tout au long de cette importante période de leur vie.

Les frais de scolarité

Il s’agit, bien sûr, de la différence la plus flagrante. Pour envoyer un enfant au privé au niveau secondaire, ses parents doivent débourser environ 3000 $ par année, au minimum. Au public, ce sont l’État et les taxes qui financent la scolarité des élèves, bien que les parents aient certains frais à payer, par exemple pour le matériel obligatoire.

Si certains couples appartenant à la classe moyenne sont en mesure de défrayer ces coûts, quitte à se serrer la ceinture, ce n’est pas le cas de tous! Notez toutefois que quelques collèges privés offrent des bourses pour les élèves qui présentent un dossier exceptionnel. Si c’est le cas de votre enfant, cela ne coûte rien de vous renseigner.
La qualité de l’enseignement
Beaucoup ont tendance à penser que l’enseignement est de meilleure qualité en école privée. Ce n’est pas tout à fait vrai, mais pas complètement faux non plus. En effet, les enseignants qu’on retrouve dans le système privé ne sont pas à priori meilleurs que les autres. Tous les professeurs ont été formés dans les mêmes écoles! On trouve des enseignants totalement blasés dans le système privé, comme on rencontre des profs à la vocation inébranlable au public.

Toutefois, les écoles privées étant très souvent moins tolérantes envers les écarts de comportement que les écoles publiques, le professeur aura typiquement moins de difficulté à faire passer sa matière. Par ailleurs, les écoles privées ayant la possibilité de refuser les élèves qui n’atteignent pas les niveaux académiques souhaités, le niveau des classes est parfois plus élevé, ce qui contribue à la qualité de l’enseignement.

Les services pour les enfants présentant des besoins particuliers

On a souvent tendance à croire que les écoles privées sont plus appropriées pour les enfants présentant des troubles d’apprentissage ou du comportement, mais ce n’est pas toujours le cas. Plusieurs écoles privées refusent tout simplement d’admettre les élèves présentant des difficultés, particulièrement si celles-ci se reflètent dans les notes ou dans les tests d’admission. Souvent, si les difficultés apparaissent plus tard dans l’adolescence, il se peut que le jeune soit renvoyé de l’école, mais il se peut également qu’on mette tout en oeuvre pour l’aider. Cela dépend vraiment de la philosophie de l’établissement.

Du côté des écoles publiques, tout n’est pas parfait non plus. Toutefois, plusieurs établissements ont désormais des programmes spéciaux pour les élèves en difficulté, qu’ils soient dyslexiques, dysphasiques ou affligés de troubles graves du comportement. Ces élèves sont placés dans des classes spéciales et bénéficient d’un suivi plus serré, très personnalisé. Toutefois, les élèves dont les troubles ne sont pas assez sévères pour ces programmes ne sont pas toujours pris en charge comme il faudrait.

La personnalisation des services

Un des grands avantages des écoles privées est la personnalisation des services et de l’enseignement. En effet, dans les écoles publiques, les professeurs ont souvent beaucoup trop d’élèves, surtout au secondaire, pour parvenir à connaître chacun personnellement. Au privé, le ratio est généralement meilleur, ce qui facilite les relations élève-enseignant. Ainsi, lorsqu’un élève présente des difficultés, il peut avoir plus facilement accès à son professeur. Également, puisque les élèves ne sont pas des « numéros », il devient plus facile pour le corps enseignant de détecter un élève qui semble vivre une période difficile ou se désintéresser de l’école et, conséquemment, lui fournir l’aide dont il a besoin.

La qualité du matériel et des infrastructures

Les écoles privées ont plus d’argent, elles parviennent donc souvent à fournir du matériel de qualité supérieure aux étudiants. Mais, une fois encore, il ne faut pas généraliser. En effet, une petite école privée aura souvent moins de budget qu’une très grande polyvalente. Les petites écoles doivent souvent faire des choix et ne peuvent par conséquent pas fournir des tonnes de matériel pour des tonnes de cours et/ou d’activités. Souvent, c’est la quantité d’activités parascolaires disponibles qui en souffrira. Toutefois, il faut admettre qu’à nombre égal d’étudiants, les écoles privées l’emportent généralement sur les écoles publiques.

L’aspect stimulant de l’environnement

Certains parents craignent d’envoyer leurs enfants à l’école publique, croyant qu’ils ne trouveront pas là un environnement stimulant académiquement. Plusieurs craignent également la discipline relâchée et les mauvaises fréquentations. Force est d’admettre qu’ils n’ont pas tout à fait tort. En effet, nous l’avons mentionné plus tôt, le suivi n’est pas toujours aussi serré au public qu’au privé. Par ailleurs, puisque les écoles publiques n’ont pas le choix d’accepter tout le monde, alors que les écoles privées peuvent se permettre de refuser les indésirables, les adolescents plus faibles ou rebelles se retrouvent souvent dans les polyvalentes. Cet élitisme, car c’est de cela dont il s’agit, est souvent vertement critiqué.

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Source: Canal Vie

http://www.canalvie.com/famille/education-et-comportement/articles-education-et-comportement/ecole-secondaire-privee-ou-publique-1.1028109

La confiance en soi – Un secret de la réussite scolaire

Les recherches en éducation et en psychologie sociale ont en effet apporté des réponses simples et pragmatiques pour favoriser la réussite scolaire.

La confiance en soi : un facteur clé de réussite

Avoir confiance en soi, c’est déjà réussir quelque chose d’important !
En règle générale, un élève aux facultés cognitives supérieures à la moyenne mais n’ayant qu’une faible confiance en lui, obtiendra de moins bons résultats qu’un élève aux facultés moindres mais bénéficiant d’une grande confiance en lui !
Toutes les études ont en effet démontré une relation évidente entre la confiance dans ses capacités et les performances obtenues. Plus l’ado à confiance en lui, meilleurs sont ses résultats et aussi sa motivation à inscrire son action et ses efforts dans un parcours de réussite.

Pour acquérir ou renforcer le facteur confiance, l’ado doit avancer pas à pas, en commençant par se fixer des objectifs précis dans la matière la plus accessible pour lui.
Le capital confiance engrangé dans cette matière, pourra être ensuite utilisé par l’adolescent pour se fixer des défis dans d’autres matières.
La confiance appelle l’engagement et le dépassement. Ce cercle vertueux constitue également une courroie d’entraînement de la motivation, elle aussi véritable clé de la réussite scolaire.
L’enfant en échec scolaire qui découvre une motivation dans la seule recherche du plaisir de la réussite et de la performance, est un enfant sorti d’affaire…

Conseils pour réconcilier son enfant avec la réussite scolaire

1- Valoriser systématiquement les bons résultats et ne jamais dire « pour une fois… »
2- Surveiller le temps que l’enfant consacre à ses devoirs est essentiel. Rien ne peut remplacer le « temps de cerveau » au travail.
3- Redonner confiance en encourageant l’ado, comme on le ferait avec une équipe sportive, quitte à amplifier les succès et relativiser les échecs, à condition toutefois d’en avoir conscience et de pouvoir rétablir la « vérité » à tout moment.
4- L’objectif n’est pas d’être juste, mais de déclencher le mécanisme de la prise de confiance et de la motivation !
5- Focaliser sur les succès en dégageant ce qui les a rendu possible : travail, concentration, intérêt… puis mobiliser ces moyens sur d’autres tâches ou d’autres matières.
6- Donner des objectifs précis et à court terme : préférer fixer un objectif sur le prochain contrôle de math plutôt que sur la moyenne générale du prochain trimestre !
7- S’intéresser à ce que l’ado apprend au collège ou au lycée : l’interroger sur ses devoirs, lire et commenter son bulletin avec lui, aller à la rencontre des professeurs…
8- S’informer régulièrement auprès de l’enfant de ce qu’il fait et apprend à l’école.
9- Favoriser à la maison une ambiance de travail en supprimant musique, télévision, radio pendant le temps des devoirs
10- Ne jamais perdre de vue qu’à travail, confiance et motivation égales, chaque élève a son parcours de réussite ; il n’existe en effet de réussite scolaire qu’adapté à l’enfant et à la réalité de ses capacités.

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Source: Santémédecine.net

http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/943-ado-les-secrets-de-la-reussite-scolaire

Commmuniquez-vous bien avec votre enfant – Test de communication

Test : Communiquez-vous avec vos enfants ?

Vaste question que la communication, ou plutôt vaste projet… Certains vont en effet jusqu’à dire que la communication n’est qu’une suite d’incompréhensions réussies ! De là à parler d’inefficacité systématique…. Partager, échanger, informer, entrer en relation, transmettre, parler, écouter, entendre… un petit peu de tout cela à la fois mais encore autre chose, voilà une notion pas simple à définir en soi. Mais quand il s’agit de la communication en famille, entre les parents et leurs enfants, alors là, toutes les variantes sont possibles… Au quotidien ou en temps de crise, en société ou dans le cadre privé du foyer, vous êtes, vous parents, les interlocuteurs privilégiés de vos enfants. Vos paroles forcément incontournables sont essentielles, non seulement dans la communication avec votre enfant, mais aussi de façon plus large dans son développement émotionnel et relationnel.

Aussi que représente la communication à vos yeux ? Connaissez-vous votre mode de communication privilégié ? Comment votre enfant le reçoit-il ? Voilà quelques questions à avoir à l’esprit afin de découvrir quel communicant vous êtes avec votre enfant.

Lien vers les test:

http://test.psychologies.com/communiquez-vous-avec-vos-enfants

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Source:
Psychologies.com

http://test.psychologies.com/communiquez-vous-avec-vos-enfants

Comment aider son enfant à faire ses devoirs?

La période des devoirs se transforme souvent en moment complètement catastrophique, peu agréable et redouté des parents. Comment faire pour la rendre plus agréable? Voici quelques trucs qui pourront vous aider.

1- Comparons la journée de votre enfant à l’école avec la journée que vous passez au travail. Sauf qu’en réalité, les enfants passent souvent plus de temps à l’école que les parents au travail. Est-ce que vous commenceriez à faire du travail supplémentaire en rentrant à la maison chaque jour ? Vous n’auriez surement pas la motivation et le désir de le faire. C’est un peu la même chose pour vos enfants. Ils n’auront pas continuellement le goût de faire leurs devoirs en arrivant de l’école. Ils sont affamés et ils ont besoin d’une pause.
Le meilleur conseil est sans contredit de faire le maximum de devoirs la fin de semaine et en dehors des temps de révision avec son tuteur. L’enfant est plein d’énergie, frais et dispos. C’est dire qu’il faut garder au moins une journée tampon durant laquelle il n’aura pas de grands efforts intellectuels à faire. Il va sans dire qu’il n’est pas conseillé d’effectuer du travail supplémentaire dans une journée d’école normale renforcée par des cours particuliers. Sauf cas exceptionnel, il faut lui l’alléger.

2- Vous pouvez aussi aménager un coin éclairé, aéré et bien adapté pour lui. Ce coin peut aussi être libre de distraction. Une table encombrée, avec la télé qui fonctionne ainsi qu’un petit frère qui court partout autour n’aide pas à la concentration. Faites participer votre enfant pour la création de son espace devoir. Mettez-y les outils à portée de main. Faites en sorte que cet endroit demeure en ordre, il est essentiel de ne pas trop le charger d’objets inutiles. L’aménagement d’un espace pour créer un lieu d’apprentissage maximal est indispensable.

3- Il est préférable d’avoir le matériel scolaire en double à la maison. Les stylos, les rapporteurs d’angles, les cahiers d’écritures, les feuilles lignées, il vaut mieux en avoir à la maison, de sorte qu’un oubli de matériel à l’école ne brimera pas la période de devoir.

4- Pour tout ce qui est routinier, comme les mots-étiquettes, les complémentaires, les divisions, les tables de multiplication et les autres, utilisez tout ce que peut vous apporter les objets de la vie courante pour alléger la tâche et la rendre plus amusante. Que ce soit les nouilles en forme de lettres pour la soupe, les lettres de scrapbooking, les feutres à fenêtre, les céréales en forme de lettres, les lettres qui collent dans le bain ou la douche (bon moment pour réviser)… Tous ces outils peuvent aider l’enfant à réviser de façon plus ludique.

5- Ayez à portée de la main un numéro de téléphone d’un ami de la même classe. C’est un merveilleux truc pour pallier à un oubli d’agenda, une question sur un devoir ou encore pourquoi ne pas faire un jumelage pour faire les devoirs en duo. Une fois par semaine, les enfants pourraient faire les devoirs à deux, ils pourraient donc bénéficier de la motivation et du plaisir d’être à deux.

6- Conservez précieusement l’adresse courriel du professeur pour pouvoir communiquer vos questionnements, vos inquiétudes. Bien sûr, ce moyen devra être utilisé avec modération! Vous pourriez aussi demander à un enfant qui est d’un degré plus élevé que votre enfant puisse venir l’aider à faire ses devoirs. Un peu comme un mentorat. Aussi, plusieurs écoles et bibliothèques proposent des périodes d’aide aux devoirs hebdomadaires, supervisées par des professeurs ou des aides.

7- Certains enfants ont besoin de bruit (musique) pour se concentrer, parfois, le silence est agaçant. Dans le silence, il y a quand même les bruits de la maison. Si certains préfèrent avoir de la musique (même de la musique rythmée), d’autres aiment le silence complet. Il existe des coquilles conçues à cet effet. Il est important de savoir ce que votre enfant préfère.

8- Soyez disponible pour aider votre enfant, mais ne faites pas les choses à sa place. Il est important de ne pas corriger les devoirs de notre enfant. On peut lui dire qu’il y a des erreurs et le laisser les trouver. Les devoirs ont comme mission de réviser les apprentissages faits en classe. Si les devoirs de votre enfant sont toujours corrigés, l’enseignant de votre enfant ne saura jamais si ce dernier comprend. Alors, si vous voyez que votre enfant ne comprend réellement pas une notion, il serait mieux d’écrire une note à l’enseignant que d’essayer de lui expliquer vous-même. Qui n’a pas déjà entendu : « MON PROFESSEUR NE LE FAIT PAS COMME CA! » Et ils ont raison, les méthodes d’enseignement ont tellement changées depuis le temps où vous alliez à l’école!

9- La bouche est remplie de terminaisons nerveuses. Parfois, mâcher de la gomme, manger des bretzels, de la réglisse dure, peut réveiller la concentration des enfants.

Le but de cette chronique était d’alléger la période de devoir. De rendre cette période lourde et sans intérêt un peu plus ludique. Plus vous ferez participer votre enfant, plus il utilisera les stratégies et plus ces dernières seront efficaces !

Bonne période de devoirs !

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Source:

http://nannysecours.com/vos-pre-ados-8-12-ans/comment-aider-son-enfant-a-faire-ses-devoirs-2/

Magalie Lebrun
L’article original a été enrichi afin de correspondre aux parents concernés par des cours à domicile.

Aide aux devoirs Tutorat Zoé

Changez radicalement le dossier académique d’un de vos proches en lui offrant des cours privés à domicile avec Tutorat Zoé.

Nous offrons un d’aide aux devoirs de qualité.

Que vous ayez besoin de cours de rattrapage , d’aide aux devoirs , de préparation aux examens du ministères et/ou à l’entrée dans des écoles privées et internationales, de cours de Français, de cours de Maths, nous sommes là pour vous aider au niveaux primaire, secondaire et collégial.

Aider et Motiver mon enfant à réussir à l’école

Certains enfants adorent l’école : debout avant la sonnerie du réveille-matin, habillés, sac à dos devant la porte… Mais cela est loin d’être le cas de tous les bambins. Généralement, ils connaissent (comme nous) des périodes de démotivation et les parents doivent faire preuve de beaucoup d’attention, de créativité et de psychologie afin d’aider leurs enfants à réussir en milieu scolaire.
Pourquoi mon enfant est-il démotivé?

On pourrait retourner la question et demander aux parents « pourquoi arrive-t-il que vous ne vouliez pas aller travailler? »

En tout premier lieu, il faut prendre conscience qu’on ne peut aimer constamment quelque chose qui demande un effort, peu importe si cet effort est mental ou physique. Par conséquent, il est tout à fait normal de connaître des périodes plus ou moins enthousiastes. Ceci étant dit, il convient de faire preuve de compréhension et d’assurer votre enfant de votre soutien (et de votre amour) inconditionnel, tant par vos paroles que par des actions réelles.
Concrètement, on fait quoi?

Votre amour de l’école

Sachez tout d’abord que votre collaboration est primordiale. Si votre enfant vous entend sans arrêt raconter combien vous détestiez l’école dans votre jeunesse, si vous critiquez ouvertement ses enseignants (ou le système scolaire), si vous répétez continuellement que l’école ne sert à rien… Il y a de fortes chances que votre chérubin s’approprie vos convictions et décroche à un très jeune âge.

Pour que votre jeune reste motivé, il convient de l’appuyer de diverses façons, mais soyez également conscient que l’argument généralement utilisé, soit « tu dois étudier pour avoir un bon travail et gagner beaucoup d’argent plus tard » n’est pas très convaincant pour votre jeune enfant. Il ne pense pas à long terme, il ne se visualise pas en tant que P.D.G. d’une grande boîte ou avocat ou horticulteur! Il faut donc utiliser autre chose :
Intéressez-vous à ce qu’il fait à l’école

Posez des questions, demandez-lui ce qu’il a appris aujourd’hui, avec qui il a joué pendant la récréation, ce qu’il a moins aimé dans sa journée. L’important est que votre enfant sente que la partie de sa vie qu’il passe loin de vous est tout aussi sérieuse à vos yeux que le temps passé à la maison.
Envoyez un mot

Envoyez à l’occasion un mot à son professeur, par le biais du cahier de liaison ou de l’agenda, pour le remercier de son travail, pour clarifier certains points, pour demander un rendez-vous. Sachez que les enseignants sont toujours ouverts à dialoguer avec les parents de leurs élèves.
Surveillez les devoirs

Autant que possible, surveillez la période de devoirs. Il faut installer une saine routine de travail à la maison, et ce, dès la première année. Si les habitudes sont acquises à un jeune âge, il est fort probable qu’elles seront conservées tout au long de la scolarité.
Encouragez-le

Félicitez votre enfant pour ses progrès et ses bonnes notes, accordez-lui des récompenses ou des privilèges, à l’occasion, afin de couronner ses efforts.
Évitez de revenir sans cesse sur ses travaux moins satisfaisants

Si votre enfant échoue dans une matière, il en est déjà conscient. L’enfoncer encore plus ne servira qu’à minimiser son estime personnelle. Tâchez plutôt de chercher, ensemble, des solutions à ce problème (un prof particulier, un cahier d’exercices pour la maison).
Rassurez-le

Rassurez votre enfant en lui laissant clairement savoir qu’il a droit à l’erreur, et évitez absolument de le comparer à d’autres élèves ou à ses frères ou soeurs. Chacun apprend à son rythme et selon ses capacités.
Participez aux activités

Participez, dans la mesure du possible, aux activités scolaires auxquelles vous êtes invités (soirées cinéma, sorties, conseils de parents, rencontres parents-professeurs). Votre enfant sera fier de vous présenter à ses camarades et votre implication dans son école sera pour lui une preuve tangible de l’importance que vous accordez à ses études.
À la maison

Pour qu’un jeune se sente à l’aise et évolue agréablement dans le milieu scolaire, il doit avant tout avoir envie d’apprendre. Il ne faut pas attendre des enseignants qu’ils créent cette envie chez votre enfant, car c’est notre rôle à nous, parents, d’éduquer nos enfants. Le corps scolaire est là pour nous seconder dans cette tâche, mais il ne faut pas baisser les bras et s’attendre à des miracles si nous n’y mettons pas d’efforts.

Ainsi, il est nécessaire d’instaurer chez vous un climat positif qui valorise les apprentissages en tout genre. Et il n’est pas nécessaire pour cela d’être « plate ».
Quelques idées pour valoriser l’apprentissage

Offrez plus souvent des livres à vos enfants, sur des sujets qui les intéressent : les animaux, les sports, les volcans, le corps humain… Chaque enfant a des passions et vous les connaissez mieux que personne!
Allez ensemble à la bibliothèque.
Jouez à des jeux de société (de type questions-réponses) en famille : les jeux constituent un excellent moyen d’apprendre de façon ludique.
Profitez de vos sorties pour apprendre ensemble (sur les arbres, les insectes, la construction des routes, etc.). Les enfants sont souvent curieux et posent des questions sur tout : lorsque vous ne connaissez pas la réponse, effectuez ensemble une recherche Internet sur le sujet, plutôt que de clore tout bonnement le sujet par un « je sais pas! ».
Proposez à vos enfants d’écouter des émissions documentaires (il en existe d’excellentes).
Encouragez vos enfants à pratiquer des activités parascolaires (mais pas trop!).

Quand la démotivation persiste…

Si votre enfant, malgré tous vos efforts, semble conserver une attitude négative face à l’école, il convient de prendre la chose au sérieux. Posez-lui des questions discrètes :

Est-ce qu’il subit des pressions de la part d’autres élèves ou des professeurs?
Est-ce qu’il a des amis?
Est-ce qu’il entend correctement et voit bien au tableau?
Est-ce qu’il a de la difficulté à se concentrer?

Il peut devenir nécessaire de contacter le personnel scolaire (enseignant, orthopédagogue, psychopédagogue) si la situation vous inquiète. Faites confiance à ces professionnels de l’éducation : ils sauront vous diriger adéquatement, vous et votre enfant.
En conclusion

Rappelez-vous que votre enfant a avant tout besoin de se sentir valorisé à vos yeux, de savoir que vous l’aimez et l’encouragez dans ce qu’il fait. Si vous l’aidez à acquérir une bonne estime de soi, ses chances de réussite scolaire en seront décuplées…

Et n’oubliez pas que ce n’est pas tout le monde qui a la « bosse des maths ». Autrement dit, ne vous attendez pas à ce qu’il soit parfait dans toutes les matières, car chaque bambin a, comme nous tous, ses points forts et ses points faibles!

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Source:
Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

http://www.canalvie.com/famille/vie-de-famille/defis-de-parents/aider-et-motiver-mon-enfant-a-reussir-a-l-ecole-1.994041

Aide aux devoirs Tutorat Zoé

Changez radicalement le dossier académique d’un de vos proches en lui offrant des cours privés à domicile avec Tutorat Zoé.

Nous offrons un d’aide aux devoirs de qualité.

Que vous ayez besoin de cours de rattrapage , d’aide aux devoirs , de préparation aux examens du ministères et/ou à l’entrée dans des écoles privées et internationales, de cours de Français, de cours de Maths, nous sommes là pour vous aider au niveaux primaire, secondaire et collégial.

Gérer les troubles et problèmes d’opposition à l’autorité – Les solutions (rapport entrevue Dre. Nadia Gagnier)

Dre Nadia Gagnier, collaboration spéciale
Le Soleil

La semaine dernière, ma chronique portait sur le trouble de l’opposition. Certaines personnes m’ont écrit en disant que le sujet était intéressant, mais qu’ils étaient restés sur leur faim, puisque je conseillais aux parents dont l’enfant semble souffrir de ce trouble de consulter, plutôt que de donner des solutions concrètes.

J’aimerais remercier les gens qui m’ont fait ce commentaire, et les rassurer en précisant que bien souvent, le simple fait de pouvoir bien identifier une problématique chez son enfant, d’en reconnaître les symptômes et de savoir qu’il faut consulter peut déjà soulager et guider beaucoup de parents.

Cette critique constructive m’a tout de même permis de réfléchir au fait que bien que tous les enfants ne souffrent pas du trouble de l’opposition, les solutions qui s’appliquent habituellement à ce trouble peuvent tout de même servir à tous les parents. J’ai donc décidé d’approfondir cette chronique en y développant une suite…

Mais avant de proposer les solutions, permettez-moi de résumer le contenu de la chronique de la semaine dernière, pour ceux qui ne l’auraient pas lue… Plusieurs parents sont surpris lorsque leur enfant défie leur autorité, parce qu’ils s’attendent à ce qu’il respecte les consignes de façon automatique ! En fait, il peut être normal qu’un enfant fasse l’essai une ou deux fois de défier l’autorité, mais lorsque cette attitude devient quotidienne et qu’elle affecte son fonctionnement général, cela peut signifier qu’il a développé un trouble de l’opposition.

Les symptômes

- Perd le contrôle de sa colère

- S’obstine et argumente avec les adultes

- Défie les consignes et les règlements

- Ennuie délibérément les autres

- Blâme les autres pour ses erreurs ou ses mauvais comportements

- Est facilement dérangé par les autres

- Est souvent irrité

- Est souvent rancunier

Lorsqu’un enfant développe ce trouble, il en résulte souvent une relation très négative avec ses parents. En fait, on voit souvent apparaître un cercle vicieux où parce que l’enfant s’oppose, le parent devient plus stressé, émotif et colérique. Ces émotions peuvent amener le parent à devenir moins constant dans ses interventions. Ainsi, son autorité perd de la crédibilité aux yeux de l’enfant, qui s’oppose alors de plus belle.

La principale solution à ce problème est de faire en sorte que l’enfant regagne sa confiance et son respect envers l’autorité. Pour ce faire, les parents doivent tenter de rétablir une relation positive avec leur enfant et développer un style d’éducation positif. Par exemple, ils peuvent prévoir de faire régulièrement des activités agréables et d’avoir des moments de rapprochement avec l’enfant. Les parents doivent également intégrer le renforcement positif dans leur style d’éducation, au lieu de seulement anticiper les «mauvais coups» et de se préparer à punir l’enfant. Même lorsque les parents ne voient que du négatif chez l’enfant, ils doivent faire l’impossible pour tenter de le surprendre en flagrant délit de bon comportement !

Il est important que les parents sachent comment donner une consigne de manière efficace. Premièrement, avant de donner la consigne, il faut être certain de vouloir la faire respecter jusqu’au bout. Ensuite, les parents doivent adopter un ton clair, positif et directif ; en évitant de formuler les consignes sous forme de questions (ex. : est-ce que tu voudrais…). Il est important de donner une seule consigne à la fois, en s’assurant d’avoir un bon contact visuel avec l’enfant. Il peut être utile d’éliminer les distractions avant de donner une consigne (ex. : demander à l’enfant d’éteindre la télé ou son jeu vidéo). Les parents peuvent même demander à l’enfant de répéter la consigne pour s’assurer qu’il a bien compris. Ainsi, on évite de se mettre en colère contre l’enfant qui n’écoute pas parce qu’il n’était pas attentif ou parce qu’il n’avait pas compris.

Les parents dont l’enfant souffre d’un trouble de l’opposition sévère et qui prennent la décision de consulter un psychologue (service de référence de l’Ordre des psychologues du Québec : 1-800-561-1223) pourront être soutenus dans l’application de ces interventions. De plus, le psychologue pourra les aider à développer des stratégies visant à éviter de donner de trop nombreux avertissements avant une conséquence. Il aidera les parents à établir leurs attentes envers leur enfant, à prévoir des conséquences raisonnables pour le non-respect des consignes et des renforcements positifs efficaces pour les bons comportements. Des psychologues encourageront les parents à établir un système de jetons, selon laquelle la conduite de l’enfant fera en sorte qu’il gagnera ou perdra des jetons.

Source: http://www.lapresse.ca/vivre/famille/dre-nadia/200811/10/01-38072-trouble-de-lopposition-les-solutions.php

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Service professionnel de soutien scolaire

Changez radicalement le dossier académique d’un de vos proches en lui offrant des cours privés à domicile avec Tutorat Zoé.

Nous offrons un d’aide aux devoirs de qualité.

Que vous ayez besoin de cours de rattrapage , d’aide aux devoirs , de préparation aux examens du ministères et/ou à l’entrée dans des écoles privées et internationales, de cours de Français, de cours de Maths, nous sommes là pour vous aider au niveaux primaire, secondaire et collégial.

Comment mieux se concentrer – Tutorat Zoé (Service d’aide aux devoirs à domicile)

Le fonctionnement de l’attention et de la concentration
Attention, concentration et motivation

Le type de motivation joue un rôle prépondérant dans le processus d’attention et de concentration. Les différentes formes de motivation intrinsèque pour une tâche sont les plus favorables à l’attention et à la concentration. En effet, l’intérêt éprouvé pour l’activité elle-même facilite un démarrage rapide et une excellente résistance aux distractions, en même temps qu’une approche en profondeur de la matière. Une motivation orientée exclusivement vers la réussite, c’est-à-dire sans intérêt réel pour la tâche elle-même est déjà moins favorable à la concentration, en ce sens que la pensée est plus tournée vers l’anticipation des résultats et leurs conséquences (bonnes notes, fierté, réussite professionnelle) que vers le traitement de la tâche elle-même. Ce type de motivation favorise tout de même l’autodiscipline et la persévérance face aux difficultés, ainsi qu’une approche stratégique de l’apprentissage. Il s’accompagne en général d’un fort sentiment de compétence à atteindre les objectifs fixés. L’absence de motivation ou une motivation de type extrinsèque engendre plutôt résistance, anxiété, et une approche superficielle de l’apprentissage orientée vers la passation des examens et « collée » aux exigences de l’enseignant.

Prendre le contrôle de son attention et de sa concentration commence donc par une réflexion sur son type de motivation et l’adoption des attitudes les plus propices à favoriser une motivation intrinsèque ou, à défaut, une motivation de réussite: adoption d’une perspective à long terme, recherche du sens et de l’utilité de la tâche pour soi (rappel de ses buts et objectifs personnels), recherche des liens avec sa propre réalité et celle de sa future profession, amour du travail bien fait, attitudes positives, anticipation de réussite. Certaines techniques d’auto conditionnement positif peuvent être ici d’une grande aide dans le cas d’une motivation chancelante: le respect des temps prévus (éviter les dépassements), ne jamais aller jusqu’à l’écœurement, se donner un système de récompense et le respecter. Notre subconscient enregistre les expériences désagréables et offrira d’autant plus de résistance une prochaine fois que nous n’aurons pas respecté nos engagements vis-à-vis de nous-mêmes la fois précédente.
Attention, concentration et stress

Les études exigent déjà beaucoup sur le plan des activités cognitives. L’effort d’apprentissage soutenu sur de longues périodes entraîne une fatigue intellectuelle et physique. Cette fatigue se traduit par des difficultés de concentration, entre autres. Les différentes sources de pression externes et internes (bruits, soucis divers, anxiété, pression du temps, émotions fortes) exigent un effort supplémentaire pour le maintien de son attention sur la tâche (résistance aux distractions, aux intérêts concurrents, aux préoccupations personnelles). Il est donc particulièrement important de limiter au maximum les sources de dérangement en choisissant soigneusement ses périodes, ses lieux et son environnement de travail, et en prévoyant des périodes précises pour régler ses problèmes personnels.
Il y a un niveau d’activation cérébrale optimal pour chaque activité. Un travail routinier, répétitif et fastidieux bénéficiera d’une ambiance stimulante et d’un niveau élevé d’activation cérébrale. Par contre, la résolution de problème, l’étude et l’apprentissage profitent mieux d’une atmosphère tranquille, calme et relaxée, avec un niveau d’activation cérébrale moindre. Il nous faut en conséquence, adapter notre environnement de travail à la nature de la tâche. L’effort mental à fournir est une fonction de la tâche, des distractions présentes, de la condition physique et mentale, de l’intérêt intrinsèque. Plus la tâche est complexe, nouvelle, abstraite, rebutante et de faible qualité perceptive (textes écrit petits, tassés, sans divisions apparentes, etc.), plus grand est l’effort d’attention et de concentration à fournir, et plus rapide la fatigue à venir.
Attention, concentration et impulsivité

Apprendre prend du temps. Écouter un cours, lire les textes imposés ou suggérés, comprendre la matière étudiée, ne suffisent pas pour dire qu’il y a eu apprentissage. L’apprentissage se mesure à ce qui reste en mémoire: des connaissances et des habiletés accessibles et applicables en temps et lieu. Une conception inadéquate de l’apprentissage, une motivation extrinsèque poussent à vouloir tout et tout de suite, à vouloir être arrivé avant d’être parti. L’assimilation d’une matière nouvelle est un processus de construction et de reconstruction progressive de sa compréhension des phénomènes étudiés. C’est un processus qui nécessite de nombreux retours en arrière et des reprises fréquentes. L’impulsivité rend inattentif aux détails, on ne prend pas le temps ni d’enregistrer les informations, ni de les traiter en profondeur. L’attention est focalisée sur la vitesse et le nombre de pages à parcourir. On écoute, on lit, mais on ne retient rien.
Attention, concentration et organisation

Les considérations précédentes sur la nature de l’attention et de la concentration chez l’être humain et sur les exigences cognitives des tâches d’étude trouvent leur application concrète dans l’organisation, la planification et la gestion de son emploi du temps. Une bonne organisation, une bonne planification et une bonne gestion est une organisation, une planification et une gestion qui tiennent compte de ses capacités et du fonctionnement de son attention et de sa concentration, toutes caractéristiques éminemment personnelles. Les périodes de travail sont à répartir en fonction des tâches et de ses propres caractéristiques au plan de l’attention et de la concentration: les tâches exigeantes au plan de la concentration (lecture d’étude) aux moments de la journée et de la semaine les plus favorables; les tâches les moins exigeantes (classification de documents, recherche de livres en bibliothèque) aux moments de la journée ou de la semaine moins fertiles pour le travail intellectuel.

Source: http://web2.uqat.ca/guidestrategies/attention/savoirplus.php

*** Faites confiance à Tutorat Zoé afin de garantir le succès scolaire de vos proches. Nous offrons un service de soutien scolaire, d’aide aux devoirs et de préparation aux examens d’entrées dans des écoles privées et internationales en Mathématiques et Français pour les niveaux scolaires primaire et secondaire. Offrez l’excellence académique à vos enfants***

Page 1 of 212
Contactez Nous

Nous ne sommes pas disponibles présentement. Mais vous pouvez nous envoyer un courriel, et nous vous répondrons le plus tôt possible

Des questions? Nous somme là. Envoyez-nous un message!

Cliquez sur ENTRER pour clavarder